Association des Saulières

 

A la ferme de La Besse

Jalon N°8

Le 11 novembre 1943, de nombreuses personnes assistent à la manifestation patriotique organisée devant le monument aux morts de Sainte-Féréole. Mais les autorités allemandes, ayant eu vent de l’affaire, cherchent à obtenir davantage de renseignements, au moyen d'un petit avion et de jumelles.

Le 15 novembre, après avoir attaqué la ferme du Treuil, des soldats appartenant au Polizei Regiment Todt encerclent celle, toute proche, de La Besse. Une véritable bataille commence : "Mortiers, mines et mitraillettes allemandes" sèment la terreur et l'ennemi court "en tirant dans les prés", raconte un témoin.

Le lieutenant Merlat, blessé à la poitrine, ne consent à être évacué qu'après avoir assuré la retraite de ses hommes encore en vie.

Après le départ des soldats allemands, les premiers témoins arrivés sur les lieux, ont tout de suite pu réaliser l'ampleur de la tragédie : la ferme de La Besse a été dynamitée  ; dix-huit cadavres ont été rassemblés.

« Nous avons entendu une très, très grosse fusillade sur Sainte-Féréole et franchement, on se demandait bien ce qui pouvait se passer » (Henri Laporte).