Association des Saulières

 

Le Trou du loup

Jalon N°5

Nous sommes ici en présence d'un des premiers camps-refuge créés en Corrèze, au coeur de la forêt des Saulières, à la limite des communes de Sainte-Féréole, Donzenac et d'Ussac. Alors que sur le plan cadastral l'endroit est désigné par le toponyme "Trou du loup", le nom de "Cabane cubaine" lui a été donné pour mieux cacher son existence.

Cet abri sous roche a été choisi en raison des possibilités qu'offrait l'environnement : importance du manteau forestier, chemins étroits, proximité d'une source et d'un ruisseau, promesse de pouvoir compter sur les solidarités d'un monde rural de plus en plus hostile à la politique du gouvernement de Vichy.

A partir d'avril 1943, une dizaine de jeunes réfractaires au Service du travail obligatoire (S.T.O.) s'y installent tant bien que mal.

La nourriture devient vite pour eux une préoccupation constante. Heureusement, ils peuvent compter sur l'aide précieuse de plusieurs personnes : M. Bigeardel, demeurant au village de Berchat, situé à environ deux kilomètres, leur apporte de la nourriture, souvent cuisinée par sa femme ; le meunier de Sainte-Féréole, Michel Alvinerie, de la farine, et le boulanger, M. Sol, du pain. De nombreuses fois, ils sont ravitaillés dans des fermes voisines, où ils peuvent « reprendre des forces

" On couchait sur des paillasses tout habillé" (Marius Barre).